QESS : Les diplômés 2019 tous en emploi

Depuis janvier 2020, tous les étudiants et étudiantes qui ont reçu leur diplôme du master QESS en 2019 ont un emploi. Techniquement, ils ont obtenu le master Sociologie et statistiques, qui préexistait au parcours QESS.

Des postes correspondant aux ambitions du parcours

Louis David, qui avait fait son mémoire sur le nom des rues de Paris, est ingénieur d’études en traitement et analyse de données au sein de la Plateforme universitaire de données de Rennes. Il nous a écrit : « Le travail est très intéressant, et ma formation me confère une légitimité bien utile ! ».

Aurelia Roversi a été recrutée comme chargée d’études à l’Observatoire français des drogues et toxicomanies, pour monter une nouvelle enquête sur les usages de drogues en prison. Elle avait fait son mémoire de recherche sur pratiques religieuses et allaitement dans la cohorte Elfe, dans le cadre d’un stage à l’Inserm.

Plusieurs autres étudiants ont trouvé des emplois d’ingénieurs d’études (correspondant au niveau master) dans des institutions de recherche : Charly Demay est ingénieur d’études au CEREQ, il analyse les données de l’enquête Générations. Estelle Filippe a également été recrutée comme ingénieure d’études, au CNRS. Rama Sagna a été recrutée à l’INRAE.

Après plusieurs années d’études en France, Linh Nguyen est retourné au Viet-nam, où il est analyste financier. Il espère faire ensuite une thèse.

Et des parcours plus originaux

Certains étudiants ont une passion et la poursuivent jusque dans la sociologie quantitative. Deux anciens étudiants étaient passionnés de mode. Julie Lévy, qui avait exploité des données d’Instagram en sociologie des réseaux, a ouvert un show-room de chaussures éthiques et écologiques à Paris.

Mulun Huang, diplômé en 2018 après un mémoire intitulé Automne-Hiver 2017-18 : une enquête sociologique du marché de la mode, est aujourd’hui auditeur aux comptes chez Ernst & Young. Son domaine de spécialité ? Les multinationales du luxe.